FBI, terrorisme et entreprise libérée ?

2000px-US-FBI-ShadedSeal_svg« Les agents sur le terrain et leur manageur de proximité seraient mieux à même de mettre en place des solutions rapides et efficaces (…) pour prévenir des (…) risques. Bien que le personnel du siège ait (…) été d’une aide incommensurable (…), j’ai beaucoup de mal à penser à des cas résolus par eux et je peux en nommer plusieurs qu’ils ont foirés” ! La prise de décision est  intrinsèquement plus efficace et plus rapide quand elle est décentralisée plutôt que concentrée. »

On pourrait croire cette citation issue d’un cadre de (presque) n’importe quelle grande entreprise… mais auriez-vous spontanément pensé au FBI ?

Elle émane de Coleen M. ROWLEY, agent du FBI à Minneapolis, et elle est relayée dans un article du monde intitulé : « Ecoutons les agents de terrain dans la lutte contre le terrorisme ».

Selon l’article : « Les dysfonctionnements organisationnels (…) diminuent les capacités des services de sécurité à combattre le terrorisme. Pire encore, ils détériorent la motivation des agents selon un schéma classique :

  1. Un employé de terrain détecte un risque ; il sait le plus souvent comment le prévenir ;
  2. Il avertit la hiérarchie, qui n’agit pas ou tarde à le faire ;
  3. Le dommage se produit ;
  4. L’employé en question n’alerte plus la hiérarchie, car « ça sert à rien», et se comporte en simple exécutant, voire finit en burn-out. »

Un bel et nouvel exemple de la  »nécessité » de déconcentrer le pouvoir dans les institution et d’augmenter l’autonomie des agents de terrain… et, par analogie, de libérer le travail dans l’entreprise !

Et cela tombe bien, puisque l’auteur de cet article n’est autre que Isaac GETZ (Professeur à l’ESCP Europe), ardent promoteur de l’entreprise libérée en France et auteur avec Brian M. CARNEY du Médiatique  »Liberté & Cie »…

On retrouvera l’intégralité de l’article à l’adresse suivante :

On pourra également lire ou relire :